Slider

TEST: KONA LIBRE EL

par | Avr 30, 2021 | Test

Kona propose dans son catalogue des vélos à assistance électrique depuis 2018 ( Remote, Dew-E, Splice-E). Pour 2021, la gamme élec’ s’est étoffée avec l’entrée d’un nouveau modèle, le Libre EL.

Dés la sortie du carton, on s’aperçoit que ce Libre EL est un monster Gravel. Il dégage un sentiment de solidité et de sportivité…

Le point sur les caractéristiques du vélo avant de partir l’essayer.

Les périphériques du Libre EL s’articulent autour d’un cadre en alu et d’une fourche en carbone. Les jantes sont des WTB en 650 chaussées de pneus WTB Venture en 47. 

La transmission a été confiée à Shimano avec du Grx 810, 1x 11v ( 38x 11-42). Le freinage est également en Grx 810. 

Côté poste de pilotage, nous retrouvons une potence ainsi qu’un cintre et une guidoline siglés Kona. Les cocottes et shifters sont des Shimano Grx 810.

La tige de selle TranzX est télescopique… ça annonce la couleur 😮. Elle est pilotée via le shifter de gauche et accueille une selle Wtb Volt.

Côté assistance, la marque canadienne a confié la motorisation à Shimano en équipant le Libre EL d’un moteur Steps E-7000 associé à une batterie de 504W… çà promet une belle autonomie. 

L’assistance coupe à 25 km/h conformément aux lois concernant les Vae. Pour la commande du moteur, 3 modes sont disponibles ( Eco, Trail, Boost). Un écran de contrôle nous apporte plusieurs infos ( autonomie, mode, vitesse, distance totale,…).

Dés les premiers tours de roues, je suis séduit par le fonctionnement du moteur électrique. En effet, c’est la 1ère fois que j’utilise un VAE et je m’aperçois qu’il s’agit d’une aide supplémentaire…légère… on est pas à bord d’une mobylette! Les côtes ne se font pas toutes seules!

Le déclenchement de l’assistance se réalise à la fréquence de rotation du pédalier, pas sur le couple. Cela nous oblige à passer correctement les vitesses… comme en musculaire. Sur une côte, le moteur électrique ne compensera pas votre « feignantise » à ne pas passer sur le pignon du dessus. Je valide direct ce fonctionnement. Ça assiste le cycliste si celui-ci y met du sien. 

Test de l’autonomie du mode Eco:

Après avoir parcourus plusieurs sessions de 20km pour peaufiner les réglages, me voici parti pour tester l’autonomie de ce vélo en mode Eco. Pour cela, je reste en pédales plates pour ne pas être favorisé avec les pédales auto’. Je charge la batterie au max puis je décide d’effectuer le moins de dénivelé possible ( je simule un mode vélotaf). Le parcours que je vais emprunter est composé de 50% bitume, 50% dfci. Sur du plat, grâce au profil « roulant » des pneus Wtb Venture, je me surprends à rouler facilement à 29 km/h sur plusieurs km. Cela me permet d’économiser de l’énergie car après 25 km/h, l’assistance se coupe. 

Après avoir parcouru 80 km, je me rends compte que j’ai consommé un peu plus de la moitié de la batterie…ça promet. Je poursuis alors mon parcours pour une boucle supplémentaire de 60 km. 

Sur les parcours roulants, j’apprécie l’ergonomie des cocottes Grx, en position haute.

Au km 128, je passe en réserve ( la dernière barre de power clignote )…celle-ci ne durera pas longtemps…7 km après, l’assistance coupe. L’écran de contrôle affiche « OFF ». Il me reste 6km de piste cyclable pour rentrer chez moi. Je redoutais cet instant. Mais tout ce passe bien, je ne ressens aucune résistance au niveau du pédalier. Je termine ces derniers km à 22 de moyenne.

A la fin de ce test, Strava indique les informations suivantes. 141 km, 725m de dénivelé, 22,6 km/h de moyenne.

Test autonomie du mode Trail:

Autre session, je décide de tester ce Kona Libre EL en mode « Trail ». A l’inverse du test du mode « Eco », je vais traquer un max de côtes. 

Je vais emprunter tout d’abord une côte de 300m de D+, empruntée régulièrement par les 4×4 de chasseurs…c’est pas très gravel, le chemin est parsemé de grosses pierres…mais c’est pour la bonne cause. Le Libre EL slalome facilement sur ce terrain accidenté, avec les pneus en 47 c’est confortable. Par moment, le déniv’ atteint 7,8%. 

Par la suite, le vais enchainer 2 autres côtes, 250m de D+ et  300m de D+, le revêtement sera en revanche plus roulant. Chacune de ces côtes me coutera 1 barre d’énergie.

Pour chaque ascension, j’ai une belle descente en récompense. Avec le Libre, je suis en totale confiance, le vélo a un bon comportement en descente. Les pneus ne m’ont jamais mis en défaut et j’envoie du lourd… La guidoline est souple et permet d’estomper « un peu » les imperfections des dfci. Les freins sont au rendez-vous, le dosage me permet de ralentir et de ne pas déraper lors des courbes abordées en vitesse. 

Seul bémol. Je roule en chambre à air. Lorsque je déboule à 55/60 km/h en bas des dfci, les ruisseaux pris en travers m’amèneront à pincer à 2 reprises sur la roue avant. 

C’est pas grave! Cela m’amène à tester le démontage/ remontage du combo jante/ pneus Wtb. C’est méga « easy »! Une fois réparé, j’ai tout remonté à la main.

Sur le chemin retour, à 15km de la maison, ça fait un petit moment qu’il ne me reste plus qu’une barre d’énergie. Le système passe automatiquement en mode Eco. Puis, la dernière barre clignote…je suis en réserve… 6 km après, la batterie coupe « Off », je n’ai plus d’assistance. Je suis serein, il ne me reste plus que 4km avant de terminer mon parcours.

A la fin de la sortie gravel dédiée au mode « Trail », Strava m’indique les données suivantes: 84 km, 1430m de dénivelé positif,  20,1 km/h de moyenne. Je me suis régalé sur cette sortie, elle a été physique.

A l’issue de cette sortie, je note également que le capot de protection de la batterie a tendance à se dévisser. C’est normal. D’une part, le Libre EL est à l’aise dans des endroits légèrement accidentés. De ce fait, on s’y retrouve plus que d’habitude. Et d’autre part, les vis liées au serrage du capot de protection de la batterie, ne sont pas munies de frein à filet.

J’ai testé également le mode « Boost » sur une côte à 30%. C’est l’adhérence du pneu arrière qui ne suit plus. Je ne vois pas trop d’intérêt à utiliser ce mode lors des parcours gravels.

A aucun moment, je n’ai été amené à utiliser la tige de selle télescopique. Pourtant certaines sorties ont eu un goût de Vtt Xc.

Un gravel à assistance élec’, comme le Libre EL, s’adresse à quel type de cycliste?

La question fait débat. Comme si on devait se justifier de rouler en Vae! 

Ce type de vélo s’adresse tout d’abord aux « graveleux(ses) » qui recherchent du matériel de bonne facture. 

Bien évidemment, une assistance électrique peut convenir à des cyclistes qui se remettent au vélo et qui souhaitent une aide pour suivre des collègues plus expérimentés.

Le Vae peut être interessant pour des personnes qui ne souhaitent pas forcer sur les articulations suite à un problème médical. Également pour une reprise post-Covid, pour des cyclistes qui n’auraient pas retrouvé leurs conditions.

Et enfin, pour vélotaffer. Pour ne pas arriver au bureau en dégoulinant de sueur.

Le verdict:

On adore:

  • Le look MonsterGravel
  • L’autonomie
  • Le comportement en descente
  • La répartition des masses

Les axes d’amélioration à apporter:

  • Passer les jantes en tubeless
  • Supprimer la tds télescopique
  • Frein à filet sur les vis du capot de protection de la batterie 
 
Poids constaté: 19,8 kg
Prix: 4000€ 

Plus d’infos sur https://konaworld.com/libre_el.cfm